☁️📚 La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel.

🍡 Hellooo ! 🍡 Vous allez bien ? 😘 Aujourd’hui je vous retrouve pour une critique littéraire d’un livre que j’ai lus il y a environ 1 an et demi et que j’ai absolument adorer ! La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel de Romain Puértolas, un auteur que j’adore! 📖❤️

Voici la couverture. 📕 Et la quatrième de couverture. 📙Voici le résumé :

Alors que la jeune et jolie factrice parisienne Providence Dupois s’apprête à partir en Afrique chercher la petite fille qu’elle aime le plus au monde, un volcan islandais se réveille, paralysant l’ensemble du trafic aérien européen. D’aéroport en monastère tibétain, commence alors pour elle le plus haletant et le plus prodigieux des voyages. L’amour donne des ailes. Êtes-vous prêt à vous envoler ? 🕊

Autre petite description :

« Chaque seconde qui passait était une seconde de vie perdue pour Zahera. Car la maladie progressait à pas d’ogre et l’hôpital, là-bas, n’avait pas les moyens techniques de s’en occuper. La petite fille ne devait donc son salut qu’à sa volonté de fer, et à l’espoir, maintenant, que sa maman vienne la chercher au plus vite. » 🌹

Petites notes :

Une bouffée d’air frais, qui mêle de la fantaisie, du rêve et beaucoup d’amour.

Yves Calvi.

« Laissez-vous tenter », RTL.

Biographie de l’auteur :

Romain Puértolas, né le 21 décembre 1975 à Montpellier, est un écrivain français. Ballotté entre la France, l’Espagne et l’Angleterre, il devient DJ turntablist, compositeur-interprète, professeur de langues, traducteur-interprète, steward, magicien, avant de tenter sa chance comme découpeur de femmes dans un cirque autrichien. Évincé à cause de ses mains moites, il s’adonne à l’écriture compulsive.

Il fait ensuite carrière grâce à son bouquin comique « L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea ».

Extrait du livre :

Le premier mot que prononça le vieux coiffeur lorsque j’entrai dans son salon fut une injonction brève et tranchante digne d’un officier nazi. Ou d’un vieux coiffeur.

– Assis !

Docile, je m’exécutai. Avant qu’il ne le fasse avec sa paire de ciseaux.

Puis il commença son ballet tout autour de moi sans même attendre de connaître la coupe avec laquelle je souhaitais ressortir de son salon, ou la coupe avec laquelle je ne souhaitais précisément pas ressortir de son salon. Avait-il déjà au moins eu affaire à l’afro récalcitrante d’un métis auparavant ? Il n’allait pas être déçu.

– Vous voulez que je vous raconte une histoire incroyable ? demandai-je pour briser la glace et instaurer un climat de convivialité entre nous.

– Dites toujours, du moment que vous arrêtez de bouger la tête. Je vais finir par vous couper une oreille.

Je considérai ce «dites toujours» comme un grand pas, une invitation au dialogue, à la paix sociale et à l’harmonie entre frères humains, et en même temps j’essayais d’oublier le plus rapidement possible, en vertu de ces mêmes accords de fraternité, la menace d’amputation de mon organe auditif.

– Bien, alors voilà, un jour, mon facteur, qui est une femme, une femme charmante d’ailleurs, s’est présentée à la tour de contrôle où je travaille et m’a dit : «Monsieur Machin (c’est mon nom), il faudrait que vous me donniez la permission de décoller. Je sais que ma requête peut vous paraître insolite, mais c’est comme ça. Ne vous posez pas trop de questions. Moi, j’y ai renoncé depuis que tout a commencé. Donnez-moi juste la permission de décoller de votre aéroport, je vous en prie.» En soi, je ne trouvais pas sa demande si insolite que ça. Je recevais parfois la visite de particuliers ruinés par les écoles d’aviation avoisinantes qui souhaitaient continuer à prendre des heures de vol pour leur compte. Ce qui me surprenait, en revanche, c’est qu’elle ne m’avait jamais parlé de sa passion pour l’aéronautique auparavant. Bon, nous n’avions jamais trop eu l’occasion de causer, ni même de nous croiser (j’alterne des horaires de jour et de nuit), mais quand même. D’habitude, elle se limitait à m’apporter le courrier à la maison dans sa vieille 4l jaune. Elle n’était jamais venue me voir au boulot. Dommage, parce qu’elle était canon, cette fille-là. «En temps normal, mademoiselle, je vous aurais dirigée vers le bureau des plans de vol pour ce type de requête. Le problème, c’est qu’aujourd’hui, le trafic aérien est sens dessus dessous avec ce foutu nuage de cendres et on ne va pas pouvoir prendre en compte les vols privés. Je suis désolé.» Voyant sa mine déconfite (elle avait une très jolie mine déconfite et ça m’a déconfit le coeur), j’ai feint de m’intéresser à son cas : «Vous pilotez quoi ? Cessna ? Piper ?» Elle a beaucoup hésité. On voyait bien qu’elle était gênée, que ma question l’embarrassait. «C’est justement en cela que ma requête est insolite. Je ne pilote pas d’avion. Je vole toute seule.» «Oui, j’avais compris, vous volez sans instructeur.» «Non, non, toute seule, je veux dire, sans appareil, comme ça.» Elle a levé les bras au-dessus de sa tête et a exécuté un tour sur elle-même à la manière d’une danseuse de ballet. Au fait, est-ce que je vous ai dit qu’elle était en maillot de bain ?

Je vais maintenant vous donnez mon avis. 🕊

J’ai adorer ce livre car il est remplie d’amour, de joie mais à la fois de la tristesse. Romain Puértolas arrive à nous surprendre et à tout retourner jusqu’à la dernière page. Un livre que je conseille à tout le monde, nous suivons l’histoire d’une petite fille malade, et de Providence qui fait tout pour rejoindre cette petite fille et l’adopter. Un parcours semer d’embûches et de défis, remplie d’amour et d’angoisse, un livre merveilleux qui fait réfléchir par la suite. Une fois les premiers pages lus nous sommes littéralement aspirer et impossible de refermer le livre.

♡♡♡

Cet article est maintenant terminé, merci d’avoir lus, n’hésitez pas à poster un p’titcom’s pour montrer que vous avez lus jusqu’à la fin 😝!

Abonnez-vous au blog, et surtout partagez au maximum sa me ferait vraiment plaisir ! 😍

Dites moi en commentaires quels articles vous aimeriez voir prochainement ! 📜

Prenez grand soins de vous, et à bientôt. 😉

[N’oubliez pas, on ne vit qu’une fois]

📨 Contact pro / partenariat : axnclspro@gmail.com

📲 Instagram : axncls

🎵 Musical.ly : axncls

💠 ASKIP : axncls

🐦 Twitter : axncls

📖 WattPad (venez lire mes histoires♡) : axncls

Allez dans le menu si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, voir la présentation du blog et d’autres choses qui vous intéresseront. 💫

Pour t’abonner au blog, voir les articles que j’ai récemment poster, me contacter, me rejoindre sur les réseaux, ou pleins d’autres petites choses, descend en bas du blog ! 😉

[…] “Tirons-nous les ficelles de notre destin, ou sommes nous juste de simples pantin?” […]

Mercipour tout.♡♡♡

2 réflexions sur “☁️📚 La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s